1. This site uses cookies. By continuing to use this site, you are agreeing to our use of cookies. Learn More.

Initiation à la gestion des projets informatiques

abdelouafiSep 15, 2016

    1. abdelouafi

      abdelouafi Administrator Staff Member

      Messages:
      267
      Likes Received:
      8
      Trophy Points:
      18
      Joined
      Sep 13, 2016
      I. Introduction

      Les projets informatiques deviennent aujourd’hui de plus en plus complexes, non Seulement sur les aspects techniques mais également sur d’autres aspects comme complexité des produits, le nombre d’acteurs (éventuellement de nationalité et de culture fort différentes), des législations différentes, etc.. Cette complexité croissante demande une organisation minimale pour structurer les projets. Ce cours vise à introduire les principaux aspects et outils de gestion de projet.


      II. Définitions et notion de base
      1. Le projet

      Il existe plusieurs définitions pour le terme projet, on va adopter celle donnée dans le PMBOK qui est une référence dans le « project management » : « un projet est une entreprise temporaire initiée dans le but de fournir un produit, un service ou un résultat unique. » un projet est donc limité dans le temps; il possède un début et une fin déterminés.


      Si le but d’un projet est de créer un produit, un service ou un résultat unique, il est, en ce sens, différent des opérations.


      Par exemple, le développement et la mise en ligne d’un site web pour une entreprise est un projet alors que son suivi et son entretien quotidien sont des opérations. La construction d’une usine d’assemblage automobile est un projet alors que l’assemblage en série des voitures dans cette usine nouvellement construite est une opération.


      En d’autres termes, les projets sont temporaires et uniques alors que les opérations sont continues et répétitives.

      2. Le management du projet

      La gestion de projet (Project Management) (on retrouve également les termes : conduite de projet ou management de projet) est l’ensemble des processus, outils et techniques qui permettent de conduire et gérer un projet dans le but de respecter les exigences du projet (coût, délai...) Et de fournir un produit et un résultat de qualité à la fin.


      Le processus global de management de projet peut être divisé en cinq (5) grands groupes de processus : démarrage, planification, exécution, contrôle et clôture.

      upload_2016-9-15_23-28-54.png


      1. Concepts fondamentaux :

      a. Triplet de contraintes

      Le triangle de la triple contrainte, aussi appelé triangle de la performance, est souvent utilisé pour illustrer l’interdépendance des variables d’un projet. En effet, dans un projet, les modifications apportées à l’une des variables auront irrévocablement des répercussions sur les autres ou, en d’autres termes, privilégier une contrainte se fait généralement au détriment des autres.

      upload_2016-9-15_23-29-41.png

      Ainsi, pour un projet donné, si l’on décide de réduire le temps de développement, il faudra, pour maintenir le niveau de qualité convenu, augmenter le budget en y affectant par exemple davantage de ressources ou, sinon, accepter de diminuer les attentes au plan de la qualité.


      Ou encore, si l’on décide de réduire le budget du projet, il faudra alors, pour maintenir le niveau de qualité prévu, augmenter le temps de développement accordé ou, sinon, accepter là aussi d’en diminuer les attentes sur le plan de la qualité.


      Enfin, si l’on décide de réduire les exigences de qualité du projet, il sera évidemment possible soit d’en réduire les coûts, soit d’en réduire le temps de développement ou encore de répartir l’économie à la fois sur les coûts et le temps de développement.


      L’objectif principal de la gestion de projet est de pouvoir trouver un certain équilibre entre ces trois contraintes.



      a. Acteurs

      Dans le cas de petits projets, il y a peu souvent d’acteurs qui sont concernés, et on peut limiter à une relation client - fournisseur. Le client (ou maître d’ouvrage (MOA)) (owner, client, contracting part) est la personne (physique ou morale) qui exprime un besoin. Le fournisseur (ou maître d’œuvre (MOE)) (contractor, engineer) personne (physique ou morale) qui satisfait le besoin.


      Le projet est porté en général par un seul fournisseur qui fait appel éventuellement à des partenaires ou des intervenants externes (Sous-traitants). L’ensemble des acteurs impliqués dans un projet s’appelle les parties prenantes (stakeholders).
      upload_2016-9-15_23-30-1.png


      a. Livrables

      Les livrables (delivrables) sont les attendus du projet. Il existe deux types de livrables : les livrables "produit" (product delivrables) et les livrables "projet" (project delivrables)

      Les livrables "produit" ont une durée de vie propre liée au produit délivré. On peut distinguer dans ce type de livrables : le produit ou le service lui-même, les manuels d’utilisateur, etc.


      Les livrables "projet" ont contractuellement une durée de vie définie. Ces documents sont relatifs au projet lui-même, et non au produit. On y retrouve par exemple : le cahier de charge, la planification du projet, rapport d’activité etc...

      b. Tâche ou lot de travail

      Tout projet peut être décomposé en un ensemble d’activités appelée tâches (tasks) ou lots de travail (work package) qui seront réparties sur l’ensemble des acteurs du projet.

      c. Jalon

      Un jalon (milestone) est un évènement particulier qui marque le début ou la fin d’une partie bien identifiée du projet. Il est en général associé une date précise. C’est un repère prédéterminé et significatif dans le cours du projet.


      Un jalon peut être la production d'un document, la tenue d'une réunion, une approbation formelle ou un livrable du projet.

      I. Découpage et séquencement d’un projet (WBS)

      1. Découpage d’un projet :
      La structure de découpage du projet, aussi parfois appelée structure de fractionnement des tâches ou encore l’organigramme des tâches, est une division hiérarchique du travail global à réaliser, répartie en résultats de travail ou livrables qui peuvent eux-mêmes être subdivisés en lots de travaux. Les lots de travaux peuvent être estimés, planifiés et confiés à une personne nommée qui en assurera la réalisation ou la coordination de la réalisation.


      La structure de découpage du projet donne donc une vue hiérarchique et graphique du projet. La structure de découpage du projet permet :


      · Donne une vue hiérarchique et graphique du projet ;

      · de valider les objectifs ;

      · de suivre et contrôler le déroulement du projet ;


      Dans une structure de découpage du projet, chacun des livrables est subdivisé en composants plus petits : le lot de travail. Le lot de travail est le niveau le plus bas de la structure de découpage. Ainsi, parce que plus petits et moins complexes, le coût et l’échéancier (durée) de réalisation de chaque composant d’un livrable peut être estimé de façon plus fiable.

      upload_2016-9-15_23-31-44.png

      La fiche de chacun des lots de travail doit comporter les informations suivantes :


      · un titre et une description de la tâche

      · un responsable unique

      · une durée d’exécution exprimée en jours ou en heures

      · une description des ressources nécessaires à son exécution

      o les ressources humaines

      o les ressources matérielles

      · un coût estimé

      · une description des résultats attendus au terme de la tâche


      1. Séquencement d’un projet

      Une fois identifiés, les activités et les lots de travail doivent être organisés selon une suite logique qui prend en compte leurs durées et leurs interdépendances.


      Deux techniques sont généralement utilisées concurremment pour réaliser le séquencement des activités d’un projet :

      · le réseau PERT

      · Diagramme de GANTT.




      a. P.E.R.T (Programm Evaluation and Review Technique)

      La technique PERT, que l’on pourrait traduire par technique d’ordenancement des tâches et de contrôle des programmes, a été développée en 1957, pour la marine américaine par William Frasard, dans le cadre du projet de développement des fusées Polaris. La technique permet de mettre en ordre, sous forme de réseau, plusieurs tâches, à identifier leurs enchainements, leurs dépendances, leurs durées, les dates auxquelles elles peuvent être terminées au plus tôt et au plus tard et les marges ou battements, soit la différence entre la date au plus tôt et la date au plus tard d’une tâche.


      Il existe trois types d’enchainement et de dépendance entre les tâches :


      · les tâches successives

      upload_2016-9-15_23-31-59.png



      · les tâches simultanées
      upload_2016-9-15_23-32-26.png

      · les tâches convergentes
      upload_2016-9-15_23-32-37.png

      · durée et marges




      Sur la base des informations de la structure de découpage du projet, les tâches seront ordonnées et leurs dépendances seront identifiées. Pour chacune des tâches, la durée sera établie.
      upload_2016-9-15_23-32-55.png


      Pour chacune des tâches, il s’agit alors d’inscrire dans le coin supérieur gauche, à partir du début du projet, le moment le plus tôt auquel la tâche pourra être débutée, en tenant compte du temps nécessaire à l'exécution des tâches précédentes et dans le coin supérieur droit le moment au plus tôt auquel une tâche doit être terminée. Cette opération est nommée calcul avant.


      Afin de pouvoir calculer le battement, aussi appelé marge, il est nécessaire de mener une seconde opération. Cette opération est nommée le calcul à rebours. Il s’agit essentiellement de mener la même opération que pour le calcul avant, en partant toutefois de la fin du projet en en inscrivant les résultats dans les coins inférieurs gauche et droit des cases. Le battement (B) ou la marge est alors obtenu en soustrayant la valeur au plus tôt du calcul avant de celle au plus tard du calcul à rebours.

      upload_2016-9-15_23-33-9.png
       

      Attached Files:

      Loading...

Share This Page

Share